Préparé à l'avenir !

Phil at Home a demandé à 1.000 Belges où ils aimeraient vivre s'ils n'étaient plus capables de vivre seuls. Et ce qui leur manquerait le plus. Ils ont également répondu aux mêmes questions pour leurs parents.

De préférence, pas de maison de repos

Arrivé à un certain âge, il n'y a pas beaucoup de possibilités lorsqu'il n'est plus possible de vivre seul chez soi. Une maison de repos est une option, mais seulement 3 personnes interrogées sur 10 (28,6 %) envisagent d’y passer leurs vieux jours. Quand on leur pose la question pour leurs parents, le pourcentage est un peu plus élevé mais il reste assez faible (34,8 %).

Ce qui nous manquerait

Selon l'enquête, les personnes vivant dans une maison de repos manquent de liberté et souffrent de ne plus vivre chez eux. Leur voisinage, leurs loisirs et leurs excursions leur manquent également. Ils sont également malheureux à l'idée de plus vivre avec leur animal de compagnie.

Quelle alternative ?

Si quelqu'un ne peut plus vivre seul chez lui et veut éviter un déménagement dans une maison de repos, quelle solution se présente à lui ? Une option est souvent retenue : vivre seul chez soi en bénéficiant d'une assistance professionnelle. Cette formule se dégage tant pour les Belges (66,9 %) que pour leurs parents (51,3 %).

Les obstacles qui empêchent de vivre chez soi

Phil at Home partage le même avis : les seniors préfèrent rester dans leur maison le plus longtemps possible. Mais ce n'est pas aussi simple que cela. Près de la moitié des personnes sondées se soucient de leur sécurité si elles restent chez elles. Et lorsqu'il s'agit de leurs parents, c'est même un peu plus de la moitié. Ne plus pouvoir cuisiner et s'occuper de son ménage est un gros problème pour 3 personnes interrogées sur 10. Les seniors qui veulent rester chez eux sont donc confrontés à de nombreux défis.

L'alliance parfaite entre le contact humain et la technologie

C'est là que Phil at Home intervient. Cette start-up de la compagnie d'assurances AG soutient les seniors autour de quatre axes : la sécurité, le confort, la communication et l'organisation du quotidien. Au centre de ce service : Phil, un coordinateur personnel dans la région.

Une offre combinant technologies (système d'alarme, technologie de communication...) et contact humain (aide organisationnelle pour les seniors, mais aussi conversation et recherche de besoins supplémentaires) comble une lacune des soins à domicile. Phil at Home travaille naturellement avec d'autres acteurs des soins à domicile.